Respirer de l’air frais à l’intérieur

Entretien avec Roger Wäber, chef du service Polluants de l’habitat de l’Office fédéral de la santé publique pour la Newsletter Minergie SPECIAL sur le thème de la santé.

1. L'automne est arrivé et nous passons à nouveau plus de temps à l'intérieur. Quel rôle la ventilation joue-t-elle pour garantir un air sain et exempt de germes ?

La qualité de l'air ambiant joue un rôle important dans notre santé et nos performances à l'intérieur. Les occupants eux-mêmes contaminent l'air intérieur avec, par exemple, du dioxyde de carbone (CO₂) et divers composés organiques qui pénètrent dans l'air ambiant par la respiration et la transpiration. Des substances proviennent également des vêtements et des produits de soins corporels, des particules, des virus et des bactéries. 

Ces impuretés sont inévitables. Pour éviter qu'elles ne s'accumulent dans la pièce, l'air vicié doit être évacué en permanence de la pièce par une ventilation et remplacé par une quantité appropriée d'air frais. Cela peut se faire manuellement ou, mieux encore, avec un système de ventilation automatique et contrôlé. Une détérioration progressive de la qualité de l'air ambiant due à une aération insuffisante est malheureusement à peine perceptible. C'est peut-être l'une des raisons pour lesquelles on n’accorde pas encore l’attention qu’elle mérite à la ventilation.

2. Pendant la période de chauffage, l'air devient souvent sec. Quelle est la meilleure façon d’aérer ?

Lorsque l’air est froid et sec à l'extérieur, l'humidité de la pièce est rapidement évacuée par la ventilation. Et l'air devient encore plus sec à mesure qu'il se réchauffe. Moins il y a d'humidité dans la pièce, plus elle est ventilée et plus l’air s’assèche. Cela peut entraîner une déshydratation et une irritation des muqueuses et de la peau. Cependant, d'autres facteurs jouent également un rôle, comme la teneur en poussières et en substances irritantes de l'air ambiant, ainsi que la température intérieure. Il ne faut pas surchauffer les chambres : il vaut mieux maintenir un température à 21 ° et enfiler un pull si on a froid.  

Un nettoyage régulier du logement, avec un dépoussiérage fréquent, est également important. Les pièces doivent être bien aérées en fonction de leur occupation et il faut éviter une ventilation continue lorsqu’elles sont inoccupées. Si, malgré ces mesures, des problèmes de sécheresse de l’air surviennent, il est conseillé d'augmenter le taux d’humidité avec, par exemple, des plantes adéquates, une porte de salle de bain ouverte pendant et après la douche ou le bain ou avec des humidificateurs. Mais attention : trop d'humidité peut entraîner de la condensation et une formation de moisissures dans les vieux bâtiments.

3. Avez-vous d'autres conseils pour faire passer cet hiver-coronavirus au bâtiment ?

Heureusement, les bâtiments ne sont pas infectés. Ce sont les gens qui sont proches les uns des autres, surtout, maintenant, en hiver, qui courent le risque de l’être. Tout le monde rejette des gouttelettes dans l’air lorsqu'il respire, parle, crie, chante, tousse et éternue. Chez les personnes infectées, ces gouttelettes contiennent le virus. Sa concentration et le risque d'infection sont plus élevés à proximité d'une personne infectée. C'est pourquoi le respect des règles de distanciation est si important. Plus loin, seules les plus petites gouttelettes (aérosols) flottent dans l'air ambiant. Cela signifie que le virus est moins concentré, ce qui réduit le risque d'infection. 

Toutefois, pour éviter que le risque d'infection par l'air ambiant n'augmente avec le temps, les pièces doivent toujours être bien ventilées avec de l'air frais. Ce qui était déjà important pour notre santé, notre bien-être et nos performances depuis longtemps a maintenant une portée supplémentaire.

Plus d'information