Le bâtiment « zéro émission »

Le « zéro émission » fait référence à la compensation du CO2 pendant et pour la construction d’un bâtiment. Dans ce processus, le CO2 émis est compensé par des émissions dites négatives. Il s’agit de retirer le CO2 de l'atmosphère et de le stocker grâce à divers processus et technologies (le boisement des forêts ou le stockage du dioxyde de carbone - « carbon capture and storage – CCS », par exemple). Dans le contexte des objectifs climatiques, le terme à la mode « zéro émission » et les technologies de réduction du CO2 gagnent en importance.

Des émissions sont inévitablement produites au cours d’une construction ou d’une transformation (chantier, traitement des matériaux). Le bâtiment « zéro émission » n’existe donc pas.  Pour compenser ces émissions, il faudrait reboiser de très grandes superficies pour atteindre un équilibre, espace dont on ne dispose pas, du moins en Europe occidentale. Ou alors, il faudrait utiliser les technologies CCS, qui ne sont pas encore totalement au point et très coûteuses. Actuellement, la priorité est l’utilisation efficiente des ressources. Un bâtiment Minergie-A-ECO est le plus adapté en la matière. Il produit suffisamment d'énergie renouvelable par an pour le chauffage, l'eau, la ventilation, les appareils ménagers et l'éclairage - et le CO2 émis pendant et pour la construction est réduit au minimum et compensé. Dès 2022, le CO2 généré lors de la construction et le stockage de carbone seront justifiés pour toutes les nouvelles constructions Minergie.

Minergie n'a aucune émission de CO2 dans le scope 1

Pour pouvoir mesurer les émissions de gaz à effet de serre, il faut pouvoir les calculer. Dans l'outil de calcul international le plus largement utilisé, le Protocole sur les Gaz à Effet de Serre (GES), les sources de gaz à effet de serre sont divisées en trois périmètres ou "scopes".

  • Le scope 1 couvre les émissions directes. Dans le bâtiment, le scope 1 correspond au CO2 émis dans l’atmosphère par la combustion de mazout ou de gaz sur place.
  • Le scope 2 couvre les émissions indirectes liées découlant de l’énergie consommée dans le bâtiment.Il s'agit de la part de l'électricité achetée produite par des combustibles fossiles ou de la part de chauffage à distance également produite par des combustibles fossiles.
  • Le scope 3 comprend toutes les autres émissions indirectes qui sont liées à la chaîne de valeur complète. En ce qui concerne le bâtiment, il s'agit principalement des émissions qui sont émises durant la construction du bâtiment et la production des matériaux.

Minergie interdit l'utilisation de systèmes de chauffage fossile. Les bâtiments Minergie ont donc des émissions de CO2 nulles selon le scope 1. Dans certains cas, les combustibles fossiles sont autorisés pour la couverture des pics de charge et les installations de couplage chaleur-force (CCF). Cela concerne environ 2 % des bâtiments Minergie, qui, par exemple, émettent un minimum de CO2 les jours d'hiver les plus froids. Le scope 2 est minimisé par les exigences d’efficacité de Minergie. La question de savoir comment le besoin en énergie restant d’un bâtiment est satisfait dépend de l'utilisateur (par exemple, couvrir ou non la demande d'électricité non autoproduite avec de l'électricité verte) et ne peut donc pas être pris en compte dans les standards de planification et de construction Minergie. Le complément ECO et, dès 2022, toutes les nouvelles constructions Minergie - prennent en compte les émissions du scope 3. Dans les nouvelles constructions Minergie, le stockage de carbone, par exemple dans les constructions en bois, sera pris en compte.