Un été caniculaire au frais

nl_3_2020_amp_1200x800

Depuis 1864, la température moyenne annuelle en Suisse a augmenté de 2,1°C (état en 2019). Les prévisions indiquent que cette tendance va se poursuivre ; une élévation supplémentaire de 2°C est très probable, corrélée à un plus grand nombre de journées caniculaires particulièrement désagréables. Conséquence : nous chaufferons moins les bâtiments et les refroidirons davantage. Pour que les températures intérieures soient également agréables en été - idéalement ne dépassant pas 26°C à la maison comme au bureau - une planification minutieuse est nécessaire. Compte tenu de la durée de vie d'un bâtiment, ce que nous construisons aujourd'hui doit aussi être adapté aux conditions climatiques dans 50 ans. 

Entretien avec Andreas Meyer Primavesi :

  1. Peut-on rafraichir activement une maison Minergie ?
    Oui, c'est possible. Mais les besoins énergétiques induits doivent être inclus dans l'indice Minergie. Si l'électricité pour la climatisation provient de votre propre toit, le rafraichissement actif est écologique. En été, contrairement à l'hiver, nous avons suffisamment d'électricité renouvelable en Suisse. Un système de refroidissement efficace et installé par des professionnels peut, en combinaison avec une petite batterie, fonctionner avec plus de 70 % d'électricité provenant de votre propre toit. Mais le refroidissement n'est souvent pas nécessaire !
  2. Des températures agréables en été - sans rafraichissement ?
    Un bâtiment construit et exploité de manière professionnelle protège de la chaleur estivale de manière surprenante et pendant longtemps. Bien sûr, après trois nuits tropicales consécutives, même un bâtiment construit et exploité de manière optimale atteindra une température intérieure de 26°C à un moment donné. Mais c'est toujours mieux que 33°C, voire plus. 
  3. Que signifie "construit de manière optimale" ?
    La protection thermique estivale, comme on l'appelle dans les milieux spécialisés, doit être prise en compte dès le début de la planification. La volumétrie et l'orientation du bâtiment, ainsi que la conception de la façade, sont déterminantes. Les facteurs d'influence essentiels dans une phase de planification précoce sont la proportion des fenêtres, l'ombrage et la capacité de stockage de chaleur. Les bâtiments ayant une grande capacité de stockage et une proportion équilibrée de fenêtres orientées vers l'est, le sud et l'ouest sont idéaux. Cet équilibre doit être maintenu par rapport à d'autres aspects importants, tels que l'apport de lumière du jour ou le bilan énergétique en hiver (utilisation de la chaleur provenant des fenêtres). Le simple fait de se passer de fenêtres serait maladroit et priverait de la lumière du jour. Il existe d'autres moyens de faire.
  4. Et que signifie "exploité de manière optimale" ?
    Les installations techniques peuvent améliorer le confort estival de plusieurs manières. Il est particulièrement important que les fenêtres soient protégées du rayonnement solaire direct en été. Généralement avec une protection solaire extérieure mobile (stores, marquises). Dans les bâtiments administratifs, cela devrait être mécanisé, mais l'automatisation se développe également dans les immeubles résidentiels. Le module Minergie de protection solaire combine, par exemple, une protection solaire optimale avec un système de commande adapté.
  5. Et si cela ne suffit pas, doit-on rafraichir ?
    Non. Le rafraichissement nocturne joue un rôle important, pour que, lorsque le jour se lève, la température intérieure soit identique à celle de la nuit précédente. Il est particulièrement efficace aux petites heures du matin et devrait également être automatisé dans les bâtiments administratifs ou les écoles, soit par le biais de fenêtres avec système d'aération contrôlée, soit en combinaison avec le système de ventilation. Il faut prévoir des dispositifs anti-effractions et des protections contre la pluie et le vent.
    Et si le refroidissement est une option, il faut absolument examiner la possibilité du géocooling - qui a aussi comme effet secondaire de régénérer les sondes géothermiques. La réduction de la température intérieure de 2 à 4°C qui en résulte augmente considérablement le confort lors des journées chaudes. En conséquence, nous atteignons généralement 26°C au lieu des 30 et plus dans les bâtiments traditionnels. Si l'énergie électrique pour le géocooling est produite par sa propre installation PV, le bilan écologique est très bon. 
    Et ce n'est que si toutes les mesures structurelles et d'exploitation ne sont pas suffisantes malgré le comportement approprié des utilisateurs qu'un bâtiment doit et peut être rafraichi activement. Ce n'est d'ailleurs pas anodin et il est évidemment utile de se faire accompagner par des planificateurs spécialisés. Nous déconseillons vivement l'utilisation d'appareils de climatisation bon marché.


Que fait Minergie ?

Les bâtiments Minergie consomment beaucoup moins d'énergie, sont exempts de combustibles fossiles et permettent ainsi de lutter contre le changement climatique. Les exigences Minergie réduisent la surchauffe. Par exemple, un justificatif est requis pour prouver que la température dans le bâtiment ne dépasse 26,5 °C que pendant un maximum de 100 h/an - soit quatre fois moins que dans les bâtiments classiques. Une grande importance est également accordée à la protection thermique estivale dans le cadre du processus de certification Minergie en trois étapes. De nombreux projets doivent être améliorés. La ventilation contribue également de manière importante au rafraichissement nocturne. En outre, les exigences en matière d'efficacité énergétique des appareils et de l'éclairage réduisent les charges internes. Et grâce à la production obligatoire d'électricité exigée par Minergie, le bilan environnemental des équipements de géocooling et de rafraichissement est grandement amélioré. 

Le succès de Minergie repose avant tout sur un souci de protection de l'environnement associé au confort. Nous nous engageons à faire en sorte que cela soit le cas pour tous les prochains étés caniculaires.